Aller directement au contenu principal

Eglise Saint-Nicolas


L'église Saint-Nicolas de HanhoffenL'église Saint-Nicolas de Hanhoffen date vraisemblablement de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle, époque à laquelle les évêques de Strasbourg établirent une ferme épiscopale sur les bords de la Moder. Elle peut ainsi être considérée comme la première église de Bischwiller. L'existence du hameau de Hanhoffen (à l'origine Hagenhofen, puis Hagelnhoffen et Hagelhoffen) est attestée pour la première fois en 1337 dans un acte d'arrangement relatif à des droits de pâture, entre le sire de Huttendorf propriétaire du Rodenhof d'une part et les communes de Bischofwiller et Hagenhoven d'autre part.

Catholique jusqu'en 1525, puis réformée jusqu'en 1686, réservée ensuite exclusivement aux habitants de la cure royale, l'église de Hanhoffen fut fermée de 1792 à 1802. En 1837, après la construction de l'église catholique de Bischwiller, une longue négociation commença entre les autorités ecclésiastiques catholiques et protestantes, qui aboutit, en 1859, à l'instauration d'un simultaneum réformé-catholique. Le simultaneum est toujours en vigueur aujourd'hui. Rappelons aussi qu'entre 1686 et la Révolution Française, l'église était lieu de pèlerinage des membres de la Confrérie des Ménétriers de la Basse Alsace, qui y célébraient une messe en l'honneur de la Vierge, chaque année le 15 août, jour de leur rassemblement à Bischwiller.

 

L'édifice comportait à l'origine une nef, probablement en voûte d'arêtes, le chœur et le clocher. Cette symétrie disparut cependant au cours des siècles par l'adjonction d'une sacristie, au début du XVIIe siècle et de la construction d'une montée vers la tribune et le clocher. Lors de la restauration de 1885 des fenêtres à encadrements néo-romans furent percées au niveau de la tribune. La cloche actuelle, coulée par le fondeur Edel, a été installée en 1843. En 1929 un nouveau coq fut installé sur le clocher.

Tout autour de l'église s'étendait le cimetière, réservé aux familles catholiques, supprimé en 1864 lorsqu'un nouveau cimetière fut ouvert à Bischwiller. Quelques pierres tombales ont été conservées et sont exposées le long du mur. Parmi elles celles de :- Jean-Pierre Seithler (Pharmacien et Maire de Bischwiller de 1815 à 1826)- Xavier Dominique Schaeffer (Juge de Paix, mort en 1833) - Jean-Pierre Paul Tortel (Colonel d'Artillerie) - Marie Ernest Tortel (Lieutenant au 1er régiment des grenadiers de la garde, blessé à la bataille de Magenta) - Jean Cournil de Lavergne (1770-1821, Lieutenant du Train d'Artillerie)

Sur la place, à gauche de l'église se dresse un crucifix mis en place après la Révolution Française, en remplacement d'un crucifix plus ancien de 1760 dont des restes ont été retrouvés dans le jardin entourant l'église. La vierge pourrait quant à elle provenir de cet ancien crucifix.L'intérieur de l'église Malgré les transformations, l'intérieur de l'église a gardé des caractéristiques romanes. Ainsi les bénitiers, taillés dans la pierre ornés d'une croix, se trouvent des deux côtés de l'entrée. Or l'arcade donnant accès au chœur ou l’autel  en forme de sarcophage.

choeur de l'église de HanhoffenDans le chœur on peut voir deux statues baroques en bois doré et polychrome, représentant l'une St- Nicolas et l'autre la Vierge, patronne des ménétriers.

Lors de la rénovation de1959 des fresques datant du XVe siècle, cachées durant des siècles sous le crépi, furent redécouvertes et restaurées dans leurs parties encore intactes. Elle représentent un Christ en majesté, entouré des symboles des quatre évangélistes : l'ange (Matthieu), l'aigle (Jean), le taureau ailé (Luc), le lion ailé (Marc). Des épisodes de la vie de Saint-Nicolas (les jeunes filles, la tempête) y sont aussi évoqués.